Sélection Paris

Eirini Papanikolaou

Anthemoessa Grèce
Concept & chorégraphie
Eirini Papanikolaou
Composition musicale
Vagelis Kourastis
Conception de l'éclairage
Nikos Vlasopoulos
Vidéo
Mellow Boys Productions
Avec
Erato Chatira, Myrto Delimichali, Despina Kavouri & Vicky Spachou
Remerciements
Patricia Apergi, Tripodium dance company, Frosso Trousa et Dimitris Nasiakos (Dan.c.ce unitiva)

L’interminable périple de quatre voyageurs est perturbé lorsqu’ils croisent Anthemoessa, l’Ile des Sirènes. Ils tombent sous le charme des sages paroles et de l’harmonie des chants des sirènes.

Eirini Papanikolaou est née à Athènes en 1986. Elle est diplômée de l’école de danse professionnelle de N. Kontaxaki à Athènes. En 2008, elle devient membre de la compagnie de danse Tilt. Elle a travaillé pour de nombreux artistes comme Despoina Kavouri, Pil and Galia collektiv, Elina Stamateli et a participé aux festivals Dance Days Chania, Ionikes giortes, 4ème Biennale d’Athènes. En 2014, elle participe à un séminaire de danse enseignée par Patricia Apergi (compagnie Aerites). En mai 2015, elle crée la pièce Anthemoessa qui a ouvert le festival Arc for Dance à Athènes. En novembre 2015, Anthemoessa est présentée dans divers lieux du centre d’Athènes lors de la rencontre European Dancehouse Network. Eirini obtient également son diplôme de Biologie à l’Université Nationale d’Athènes. Depuis 2008, elle est enseignante de ballet.

Avec le soutien de et


Cie Popùliphonia – Romain Pichard

Blue Monday France
Chorégraphe
Romain Pichard
Avec
Julien Crépin, Jade Lohé, Morgane Lory, Ludovic Pelissolo & Lucile Rey

C'est ce moment où tu es à une soirée et que tu te décides à aller danser. Tu sais, ce moment où c'est parfois tellement dur de se lancer. Parfois, il faut faire de grands efforts sur soi même pour oser.

Né en 1986 en Bourgogne, Romain Pichard vit à Paris. Il est comédien, metteur en scène, chorégraphe et parfois, il bouge son corps. Il se forme au théâtre à l’Atelier Théâtral de Création de Françoise Roche et à l’école Auvray-Nauroy et suit en parallèle des études d’Histoire de l’Art à la Sorbonne. Il créé la Compagnie Popùliphonia en 2009 où il développe, son travail de metteur en scène au fil de 5 créations, puis de chorégraphe avec sa première pièce, "Blue Monday". Il est également interprète au sein des compagnies MKCD, Instincts Grégaires et le collectif d'acteurs le TAC.


Mithkal Alzghair

Déplacement Syrie/Turquie/France
Chorégraphe
Mithkal Alzghair
Interprètes
Mithkal Alzghair, Rami Farah & Samil Taskin
Production
Mithkal Alzghair, porté par SMartFR
Coproduction
Godsbanen (Aarhus – Danemark), Musée de la Danse-CCN de Rennes et de Bretagne, fondation AFAC
Avec le soutien de
CND de Pantin, studio Le Regard du Cygne

Sans chercher à retrouver un passé qui n'est plus ou à m’inventer un futur sans souvenirs, je m'intéresse à l'héritage du corps syrien, à rendre visible l'humain dans ce contexte complexe de révolutions, de migrations, de guerres, d'idéologies montantes et de souffles de liberté.

Mithkal Alzghair est, chorégraphe, danseur, syrien. Il a étudié entre l'Orient (Institut supérieur d'art dramatique de Damas, Syrie, spécialité en danse classique et moderne) et l'Occident (master d'études chorégraphiques. ex.er.ce. Centre chorégraphique national de Montpellier, France). Ses pièces ont été montrées en Syrie (Théâtre National - Damas), au Liban (Plateforme internationale de danse contemporaine - Beyrouth), au Danemark (Godsbanen – Aarhus), en France (Théâtre de la Cité Internationale, CCNMLR, CND, Regard du Cygne, Klap maison pour la danse...), en Italie (Bologne). Il a été invité au Festival « L'art difficile de filmer la danse » pour son film Out of there, a Contredanses – Bruxelles. Il a été interprète pour différents chorégraphes en Suède (Marie Brolin- Tani), au Danemark (Mai Svalholm), en France (Xavier Le Roy et Christophe Wavelet). Il a collaboré récemment avec la compagnie italienne In-Occula pour le projet européen CRACK.


Johanna Faye, Mustapha Saïd Lehlouh

FACT France
Interprètes
Linda Hayford, Sarah Aviaja Hammeken, Tarek Aitmeddour, Marvin Kemat, Théophile Benssoussan, Jerome Fidelin & Mustapha Said Lehlouh
Création lumière
Cyril Mulon
Composition musicale
François Przybylski dit Awir Léon

FACT interroge le corps en mouvement dans l'espace urbain et la façon dont la ville et son flux sculpte notre instinct.

Du milieu underground aux scènes de théâtre prestigieuses, Johanna Faye a collaboré avec différents chorégraphes tels que Sébastien Ramirez, Amala Dianor, Jérémie Bélingard, Tishou Aminata Kane et Sylvain Groud.
Mustapha Saïd Lehlouh aka Darwin (Bad Trip Crew) a participé à plusieurs projets avec Redha Benteifour, Storm, Amala Dianor, Constanza Macras et Sébastien Ramirez.
Tous deux issus du b-boying, ils ont ainsi développé, au fur et à mesure des années, un style de danse personnelle et originale qui désire faire vivre les silences et les "entres mouvements". En 2014 ils co-écrivent leur première pièce "Iskio" avec laquelle ils sont lauréats du concours SACD Beaumarchais en 2015. Ils créent ainsi la compagnie Black Sheep.


ATELIER 37.2

Graft, danse d'une espèce à venir France/Italie/Canada
Auteurs
Francesca Bonesio & Nicolas Guiraud
Interprètes
Brenda Clark, Quentin Ogier, Christie Lehuédé & Marion Le Guével
Musique
QUINT

Qu’advient-il de nos corps soumis à expérience illimitée du virtuel.

37.2 est né d’une rencontre : une architecte italienne, Francesca Bonesio et un photographe français, Nicolas Guiraud. L’atelier 37.2 réalise des œuvres éphémères et pérennes, du Land art et dans l’espace public.
Francesca Bonesio est née en 1976 à Turin, Italie. Elle a étudié à l’école Polytechnique de Turin (Diplôme en Architecture en 2001 et Doctorat en 2007). Elle vit et travaille à Paris, où elle fonde 37.2 en 2009. Nicolas Guiraud est né en 1970 à Bayonne, France. Il a étudié en France (prépa HEC, diplôme de l’ICN à Nancy en 1994 et Deug de Philosophie). Il vit et travaille à Paris, où il partage son activité entre photographie et installation artistique avec 37.2 qu'il fonde en 2009.
Brenda Clark vit et travaille à Paris. Elle est chorégraphe, danseuse aérienne et actrice. Elle a étudié à Toronto (maîtrise lettres et art dramatique) puis s’est formée comme actrice à l’American Academy of Dramatic Arts à New York. Elle travaille actuellement sur I.C.E, un nouveau projet de la Cie Au Cul du Loup.
Quentin Ogier vit et travaille à Paris. Il est danseur, comédien et musicien. Il joue au cinéma et au théâtre. Depuis 2015, il est «UDO, complètement à l’est» de La Cordonnerie, présenté notamment au Théâtre de la Ville. Cofondateur de la compagnie Au Cul du Loup, il est connu sous le nom de Quint pour ses activités musicales.


Jean Hostache, Garance Silve

Le Sacre du Printemps France
Direction chorégraphique
Jean Hostache & Garance Silve
Direction musicale
Myriam Jarmache
Avec
Marius Barthaux, Maxime Bizet, Thomas Bleuton, Louise Buléon Kayser, Agathe De Wispelaere, Juliet Doucet, Justine Dibling, Giulia Dussolier, Jean Hostache, Alexandre Houy-Boucheny, Myriam Jarmarche, Simon Peretti & Garance Silve

La ville en feu est un collectif artistique pluriel, explorant actuellement un travail de recherche chorégraphique et vocal autour du Sacre du Printemps.

Jean Hostache et Garance Silve sont deux jeunes chorégraphes aixois de 21 et 22 ans. Parallèlement à diverses études universitaires et pratiques, ils se forment tous deux au conservatoire d’art dramatique Camille Saint-Saëns, et à la danse contemporaine dans la classe de Nadia Vadori Gauthier. Jean a notamment travaillé avec Marcus Borja dans « Théâtre », sur la « Poétiques de la voix et Espace sonore » dans le module SACRe (Science Art Création Recherche) au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, et avec Olivier Py dans la création du spectacle « Hamlet interdit » à la FabricA (Avignon). Garance travaille cette année avec Roméo Castellucci dans « Nature e Origine della mante » au T2G.


Marion Schoevaert, Violaine Schwartz, Annamirl Van Der Pluijm

MOLOCH Corée du Sud/France
Mise en scène
Marion Schoevaert
Ecrivain
Violaine Schwartz
Chorégraphe
Jun Mi Park
Avec
Pierre Baux, Terrence Bae & Han Kang Woo
Shaman-matador
Annamirl Van Der Pluijm & Violaine Schwartz
Percussions coréennes
Ko Ki Hyuk

MOLOCH présente un rituel sacrificiel et purificateur pour une pièce de théâtre, en s'inspirant de la tauromachie et du chamanisme coréen. Seront mis à mort, Jérôme Kerviel, Bernard Madoff et Sung Wan-Jong, hommes-dieux déchus dans l'arène du théâtre.

Marion Schoevaert travaille à New York pendant 15 ans où elle met en scène des auteurs contemporains Français (Vinaver, Koltès, Cadiot, Lagarce…) et travaille avec le Philharmonique de New York. En 2006, elle déménage à Séoul et incorpore la Cie Wuturi (Les Coréens de Vinaver, tournée en France, Confessions de Kim Kwang Lim-Séoul Art Center, Mr. Kim Lee Park-SPAF et Red Devils à l'Université Nationale des Arts de Séoul). Elle revient en France en 2013, elle créé Splanchnik Company.
Violaine Schwartz a travaillé avec Georges Aperghis, Alain Ollivier, Jacques Lassalle, Ludovic Lagarde, Gilberte Tsaï, Ingrid von Wantoch Rekowsky... Elle a écrit des pièces pour France Culture, et deux romans publiés chez P.O.L. La Tête en arrière et Le Vent dans la bouche (Prix Eugène Dabit); pour la chorégraphe Cécile Loyer, L’Hippocampe mais l’hipoccampe au festival Concordan(s)e ; pour théâtre, Comment on freine, P.O.L créé CDN de Besançon, et au Théâtre de la Commune, à Aubervilliers.
Annamirl van der Pluijm, hollandaise d'origine, finit ses études à l'académie de danse de Rotterdam en 1983. Pendant 10 ans elle travaille ensuite comme danseuse et assistante chorégraphe avec Jan Fabre (Belgique) et comme danseuse soliste avec Reinhild Hoffmann(Allemagne). Depuis 1992 elle conçoit ses propres solos (en coproduction avec Klapstuk, De Vooruit, Culturgest, Theater im Pumpenhaus...) qu'elle interprète lors de nombreux festivals internationaux. Elle collabore également avec Marc Vanrunxt et la Cie Mossoux-Bonté. En 1994, elle crée "Solo M." une création inspirée par Martha Graham, la grande dame de la danse contemporaine (1894-1991), à la demande de Culturgest, Lisbonne. En 2007 elle s'installe définitivement en Bourgogne dans la Nièvre. Elle commence à enseigner à l'Abéïcité à Corbigny et travaille comme danseuse/chorégraphe avec plusieurs compagnies sur le territoire (Cie Alfred Alert, Cie Deviation, Cie Métalovoice, Cie Les alentours rêveurs).


Jasmina Krizaj, Cristina Planas Leitão

The Very Delicious Piece Portugal/Slovénie
Auteurs
Jasmina Krizaj and Cristina Planas Leitão
Avec
Jasmina Krizaj, Cristina Planas Leitão, Daniela Cruz, Ana Renata Polónia, Catarina Miranda, Aymara Parola, Sophia Rodriguez & Valentina Campora

The Very Delicious Piece XL est une rencontre incertaine entre le divertissement, l’état amoureux et une expérience intime entre 8 corps révélés mais individuels. Ces 8 corps donnent du sens aux relations qui nous déforment physiquement et nous rendent accros au drame.

Cristina Planas Leitão et Jasmina Krizaj ont été diplômées en 2006 dans des Ecoles d’art néerlandaises (Dance Performance from Artez – Arnhem Dansacademie & De Theaterschool - School for New Dance Development, Amsterdam). En 2010, elles sont invitées pour participer au projet « 50 days in Costa Rica » avec David Zambrano, où elles ont acquis les qualifications pour enseigner, utiliser et renouveler les techniques de « Flying Low » et « Passing Through ». Elles ne se sont jamais rencontrées pendant leurs études en Hollande, mais elles ont échangé de nombreuses idées dans la salle de bain commune au Costa Rica. A travers ces échanges intimes est née « The Very Delicious Piece » et leur seconde production « The Very Boring Piece ». Actuellement, ces deux performances sont en tournée ainsi que les pièces qu’elles ont créées chacune de leur côté. La nostalgie d’un futur commun envisagé les maintient ensemble.

Avec le soutien de


Maud Blandel

TOUCH DOWN Suisse/Belgique/France/Portugal
Conception et chorégraphie
Maud Blandel
Création sonore
Orane Duclos
Création lumière
Léa Maris
Avec
Lola Kervroëdan, Colline Libon, Aline Lopes, Maya Masse & Ana Teresa Pereira
Administration et production
Anna Ladeira
Production
ILKA
Coproduction
Arsenic-centre d’art scénique contemporain, Lausanne, Les Subsistances-Laboratoire international de création artistique, Lyon, et le soutien du Festival Parallèle-Komm’n’act
Avec le soutien de
Ville de Lausanne, Loterie Romande, Pro Helvetia, Service culturel Migros Vaud, Fondation Ernst Göhner, Fondation Nestlé pour l’Art

Lumière qui aveugle, obscurité qui restitue. TOUCH DOWN est une pièce chorale qui propose de se saisir du destin – tragique – de la cheerleader.

Formée initialement à la danse contemporaine à Toulouse, Maud Blandel intègre la toute première promotion du Master « mise en scène » de la Manufacture de Lausanne en 2012. Lors de cette formation, elle travaille auprès de Robert Cantarella, Jean-Yves Ruf, Frank Vercruyssen (TG Stan). Elle débutera alors sa recherche autour de la notion de corps sacrifié à travers une première forme-conférence sur les corps hystériques reprenant le dispositif de « leçon du mardi » initie par Charcot a la Salpetrière. Parallèlement, elle rejoint le metteur en scène Karim Bel Kacem ; ensemble ils collaborent sur le « Sport Spectacle Project » au théâtre Saint-Gervais de Genève, un laboratoire d'observation des liens et enjeux entre sport et politique. Soucieuse de développer des questionnements autour de la représentation du corps féminin initiés au cours de ses études, Maud Blandel crée TOUCH DOWN en décembre 2015 à l'Arsenic de Lausanne.

Pauline Corvellec

BLACK & LIGHT France
Avec
Shadé Abayomi, Jean Baptiste Alfonsi, Robin Barde, Tess Blanchard, Alice Bourdon, Paul Cepedes (Guitare), Clément Chébli, Coraline Claude, Séverine Cojannot, Aurélien Collewet alias Biscuit, Morgane Dallot, Juliette Dutent, Maxence Fassion, Laure Fleitz, William Franchi, Clément Gires (Bassiste), Alice Giuliani, Lucas Intini, Jules Jassef (Trompettiste), Alice de La Baume, Claire Le Fouler, Sarah Le Ray, Geoffrey Leray (Batteur), Charlotte Mangel, Claire Marx, Davy Monteiro, Agathe Mourier, Corinne Puget, Yoann Rollo, Soazig Ségalou, Anaïs Schwinn, Jeanne Signé (Violoniste), Gérald Weingand & Amélie Weyeneth
Compositeur/guitariste
Sylvain Bégert
Avec le soutien de
La Ménagerie de Verre dans le cadre du Studiolab

Vingt-huit morceaux de corps lumineux se rencontrent, se cherchent et dansent sur le chemin de la réunification.

Pauline Corvellec débute son apprentissage théâtral dès l’âge de dix ans, et jongle entre un parcours scolaire classique et sa passion avant de s'y consacrer totalement et d'obtenir les diplômes de différentes écoles comme les Ateliers du Sudden ou les Enfants Terribles. Très vite repérée par différents artistes, elle est interprète sous leurs directions dans divers spectacles tel que « Fauves » création de Michel Schweizer, avec lequel Pauline fait trois ans de tournée à travers l'Europe (TNBA, Théâtre national de Chaillot, Ferme du Buisson, TCI, Quartz, Kampnagel, Vidy…). En parallèle de cela, elle assiste à la mise en scène François Bourcier et Alice de La Baume sur différents spectacles et monte Violette sur la Terre de Carole Fréchette en 2012. Puis elle se lance dans la création de « Des Corps » conceptualisé à partir d'improvisations autour de sa thématique récurrente : le corps. Actuellement, elle prépare une web série avec la société Spigo films et l'on pourra la voir en juillet 2016 dans Temps Mort aux Théâtre des Lucioles.


Pierre Piton

Capillotractée Suisse/France/Lituanie
Chorégraphe
Pierre Piton
Interprétation et chorégraphie
Anna-Marija Adomaityte, Audrey Dionis, Clémentine Le Bas, Romane Peytavin

Durant ces 10 minutes, qui verrons-nous le plus, qui sera la plus convaincante, de qui le public se souviendra-t-il à la fin de la performance ?

Pierre Piton commence son parcours au Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris ( CNSMDP ) en 2010. Il y suit pendant 4 ans, un cursus en danse contemporaine durant lequel il appréhende les outils de la composition pour la première fois. Il est invité en 2013, à présenter son projet «Et les arbres dans tout ça», création pour 5 danseuses au festival «Entrez dans la danse» à Paris. Enfin en 2014, il entame sa formation à La Manufacture (Lausanne), dans le Bachelor option création développé par Thomas Hauert. Il y aborde différentes manières de voir le mouvement à travers la pratique de sports comme tir à l’arc, volleyball, badminton ou encore les arts martiaux, la danse folklorique, le chant. Il a également la chance, de pousser sa vision de l'improvisation à travers les techniques de Martin Kilvady, David Zambrano, Fabrice Mazliah, Marc Lorimer... Toutes ces pratiques changent alors sa manière de concevoir la danse et la chorégraphie; et lui permettent de développer une recherche corporelle personnelle.


DAL project

Erase the moon Corée du Sud
Auteurs et interprètes
Jeong-Ho Lee, So-Min Kwak, Tae-Gyeom Yu, Jae-Won Jung, So-Jin Kwak

C’est une histoire qui montre comment chacun de nous peut avoir un rôle significatif dans un monde sans-réponse.

Jeoung-Ho Lee travaille comme danseur à l’université Nationale des Arts de Corée en 2014. Il participe à Group Exhibition “Blinking hands, remembering hands, dancing hands” en tant que producteur et scénographe. En 2015, il danse dans la performance “glass”, il dirige et produit “ anxiety and shadow-garden project », travaille en tant que chorégraphe et apparait comme danseur dans « gongyeounhee-gongyeoun ».
Depuis 2010, So-Jin Kwak travaille sur plusieurs projets : “slap” (ssmadang gallery), “a picture from the light” (ssmadang studio, 2012), “Exhibition during 4hour 16min” (2014), "Blinking hands, remembering hands, dancing hands" (2014), "I sometimes dream of you when my body flickers" (programmé au festival Experimental film and video à Séoul en 2014). Il a réalisé les courts métrages "possibilities", "we hope to make our confession to be vain" et "sky is a background of birds". En 2015, il participe au film documentaire "flashbulb memory" en tant que directeur de la photographie.

Lyon-Eun Kwon

Glory Corée du Sud
Chorégraphie
Lyon eun Kwon
Musique
Jimmy Sert
Lumières
Sung Hee Yu
Dramaturgie
Jae Lee Kim
Avec
Seung Hyun Kim, Do Wan Kim & Jimmy Sert

Les hommes coréens ont connu la fierté d’avoir protégé leur pays en servant des fonctions militaires. Les danseurs peuvent s’acquitter de leurs obligations et connaître la gloire en remportant un concours de danse. Deux guerres différentes pour la gloire prennent vie dans un seul corps.

Kwon Lyon Eun, née à Séoul, est une danseuse et chorégraphe coréenne. Elle a effectué un Master au département de chorégraphie de l’Université Nationale des Arts de Corée. Elle a remporté The French Embassy Prize pour Jeunes Chorégraphes avec le projet The Skill for me, à Yokohama Dance CollectionEX au Japon en 2014. Elle a été en résidence dans différents Centres chorégraphiques nationaux (Paris, Montpellier, Rillieux-la-Pape, Rennes). Elle a ensuite présenté Homo Knitiens au CND en 2014-2015. Elle a été sélectionné en 2011-2012 à Young Art Frontier AYAF et en 2012 à Emerging Choreographer par le Conseil des Arts de Corée. En 2015, elle a été invitée à Yokohama and Seoul Performing Arts Festival avec son projet Dance Cross.

Paul Changarnier – Collectif A/R

h o m e France
Conception et mise en mouvement
Paul Changarnier
Interprètes danseurs et collaborateurs
Thomas Demay et Julia Moncla

Interprète musicien :
Paul Changarnier

Costumes
Émilie Piat
Musique
Dog Food
Régie Son
Rémi Bourcereau
Production
Collectif A/R
Coproduction
Matières Premières - Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape dir. Yuval Pick
Avec le soutien de
DRAC Auvergne - Rhône-Alpes / Ministère de la Culture et de la Communication

Basée sur des principes de répétitions et d'accidents, h o m e est une pièce où le cut-up physique vient questionner la relation du couple dans son quotidien.

Né en 1987, Paul Changarnier est batteur/percussionniste, diplômé du CNSMD de Lyon. Depuis 2010, il travaille et collabore avec des chorégraphes comme Yuval Pick (No Play Hero), Maud Le Pladec (DEMOCRACY) et cofonde le Collectif A/R (États des Lieux) avec les danseurs Thomas Demay et Julia Moncla. Il est membre du Trio SR9 avec qui il crée MACHINE(s) et CORPORELS, membre de l'Ensemble TaCTuS, formation orientée sur le spectacle pluridisciplinaire et joue avec Dog Food. Musicien actif sur la création contemporaine, il échange/travaille avec les compositeurs de son temps (Pierre Jodlowski, Benjamin De La Fuente, Francesco Filidei, Benoit Montambault...), enregistre des extraits du répertoire de Jean-Sébastien Bach (Variations Goldberg, label Skarbo / Bach au marimba, label Naïve) et dirige sa première recherche chorégraphique, h o m e.

Laurent Cèbe

Les Gens qui doutent France
Direction artistique et chorégraphie
Laurent Cèbe
Avec
Aïcha El Fishawy, Flora Detraz, Alice Masson, Quentin Gibelin, Cédric Cherdel, Quentin Ellias
Scénographie
Collectif THTF
Production
[H]ikari Production
Coproductions
Onyx La Carrière (St-Herblain), Centre Chorégraphique National de Nantes, Danse à tous les étages (Rennes/Brest)
Avec le soutien de
Au bout du plongeoir (Rennes), Les Fabriques laboratoires artistiques (Nantes), Ville de Nantes

"Les gens qui doutent c’est une posture, c’est une question de génération, c’est le contexte dans le contenu, c’est joyeux, c’est le multiple et le soi, c’est un regard qui ne s’accroche pas, c’est des pieds qui disent non au corps, c’est une amitié, c’est ouvert et dilaté." (Flora Detraz)

Après avoir suivi en 2008 la formation de danse contemporaine Coline à Istres, Laurent Cèbe affine son apprentissage au sein du CCN de Rillieux-la-Pape sous la direction de Maguy Marin. Originaire de Martigues, il vit et travaille à Nantes depuis 2013. Ses créations se déclinent à partir de différents médium (dessin, vidéos). Il est attiré depuis toujours par l’idée de mettre le mouvement en scène et en page. Il crée Pièce pour Pièce (2012-2014), Le discours sincère (2014) et Les Gens qui doutent (2016-2017).

Christos Papadopoulos - Leon and wolf compagny

OPUS Grèce
Concept et Chorégraphie
Christos Papadopoulos
Avec
Amalia Kosma, Ioanna Paraskevopoulou, Maria Bregianni, Hermes Malkotsis
Technicien lumière
Miltos Athanasiou

Le thème principal dans OPUS est d’étudier la structure sophistiquée de la musique classique et de percevoir le son comme une trace dans l’espace ; une tentative d’examiner notre premier réflexe à l’écoute de la musique.

Christos Papadopoulos est né à Nemea en 1976. Il est diplômé de la School for New Dance Development(SNDO) à l’école des Arts à Amsterdam et de la Dramatic School of the National Theatre of Greece. Membre fondateur de la compagnie de danse « Leon and the Wolf ». Ses projets personnels comprennent : « OPUS » au Théâtre de la Ville et à Porta Theatre, 2016 ; « Elvedon » sélectionné à Aerowaves, 2016. Il a fait partie de l'équipe en charge de chorégraphier les cérémonies des Jeux Européens de Baku en 2015 et des Jeux Olympiques d’Athènes en 2004. Depuis 2013, il enseigne à l’Ecole dramatique du Conservatoire d'Athènes la chorégraphie, la composition et l’improvisation. Il a également pris part à des ateliers techniques et sur la composition et l'improvisation à Athènes, Chania, Thessalonique et à Copenhague.

Avec le soutien de et


COLLECTIF (LA) HORDE Marine Brutti, Jonathan Debrouwer, Arthur Harel

TO DA BONE France/Québec/Hongrie/Pays-Bas/Pologne/Ukraine
Conception et mise en scène
Marine Brutti, Jonathan Debrouwer & Arthur Harel
Assistantes de création
Héloïse Lesimple & Léa Lamerre
Avec
Valentin Basset alias Bassardo, Camille Dubé-Bouchard, Nicolas Delomez alias Delome, Holoda László alias Leslee, Kevin Martinelli alias MrCovin, Jelle Meulendijks, Justine Parisien Dumais, Edgar Scassa alias Edx, Andrii Shkapoid alias Shkap & Damian Szczegielniak alias Leito
Avec le soutien de
La Cité Internationale des Arts de la ville de Paris, du CND et des Offices jeunesse internationaux du Québec.

TO DA BONE est une variation autour du mouvement Mainstream Hardcore pour 10 danseurs et jumpers internationaux. Le pas de base du jumpstyle est décliné collectivement pendant 8 minutes entrecoupées de solos aux inspirations multiples (oldschool, hardjump, ownstyle, shuffle et hakken).

(LA)HORDE est un collectif de trois artistes : Marine Brutti, Jonathan Debrouwer, Arthur Harel. Ils développent leur pratique à travers la mise en scène, la réalisation de films, l’installation vidéo, la création chorégraphique, et la performance. TO DA BONE est le résultat d'un long processus engagé par le collectif depuis plusieurs années sur les danses post-internet et le mouvement mainstream hardcore. Un sujet cher au collectif qui a déjà développé deux productions et plusieurs performances sur le même thème : un court-métrage de 15 minutes Novaciéries (2015) sélectionné dans de nombreux festivals (Nouveau Festival Centre Pompidou (FR), IFFR (NL), Clermont-Ferrand (FR), Slamdance (USA), Tous écrans (CH), Cinédans (NL) (etc.) et une pièce chorégraphique de 45 minutes pour l'École de Danse Contemporaine de Montréal (EDCMTL) intitulée Avant les gens mouraient (2014).

Avec le soutien de et